Bon voilà, Bayrou a attendu le plus longtemps possible pour savoir si Fillon se retirerait au profit de Juppé et si la bulle Macron explosait ou pas. Accessoirement il y a aussi la position des centristes de l'UDI dans leur relation avec Fillon et l'après présidentielle qui est une donnée moins publique, mais qui joue aussi.

Bref, Fillon persiste et entraînera sa famille politique avec lui. Hamon ne décolle pas dans les sondages et est déjà enterré par les commentateurs. Il n'en resterait que 3 dans les pronostiques, comme si les journalistes n'avaient rien appris après des derniers scrutins, tous marqués par l’électorat qui prend un malin plaisir à prendre les sondages à contre-pied.

Lorsque Bayrou va entrer dans l'arène, il va foutre un sacré bordel dans le jeu de quille de la présidentielle. Et je suis certain que les électeurs vont adorer ça, tout comme avec Macron. Malgré sont statu de "has been" de la politique, Bayrou a un pouvoir de nuisance colossale. Il peut plaire à ceux qui veulent virer les "tous pourris" comme à ceux qui veulent préserver la concorde nationale. Ça va finir par faire du monde tout ça.

En fait j'en viens à penser que la présidentielle n'a finalement plus d'importance pour les appareils politiques qui sont vraisemblablement en train de tirer des plans sur une cohabitation avec Lepen ou Macron, partant du principe que ni l'un ni l'autre n'aura de majorité au parlement. Dans cette hypothèse, Fillon n'a aucune raison de se retirer, s'il ne vise que les législatives. Pour Hamon dans son numéro de cirque avec Mélanchon c'est pareil: aucun des deux ne pense être élu. Par contre Hamon doit sauver le PS, alors que Mélanchon n'a aucun parti à sauver.

Du coup, Bayrou peut et doit porter son projet de société à la présidentielle: sortir la France de ses clivages artificiels, reconstruire un centre au parlement et changer le mode électoral pour pouvoir gouverner au centre. Réinventer une nouvelle gouvernance pour que les énergies de notre pays ne soient plus entravé par l’immobilisme du camp contre camps, d'une lutte des classes artificiellement entretenue alors que l'on est tous dans la même barque.