Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 10 septembre 2017

Installer Ubuntu sur un Lenovo MIIX 720

Après mes déboires avec la marque Acer qui n'est clairement pas compatible avec Linux, j'ai choisi de m'orienter vers une machine réputée compatible avec le pingouin. Je me suis donc tourné vers Lenovo qui est reconnue pour respecter ses clients sous linux avec un programme de certification Ubuntu (et d'autres distributions) d'une partie de ses ordinateurs. Donc même si celui que j'ai choisi n'est pas certifié compatible, j'ai une chance qu'il ne manque pas grand chose.

Présentation de la bête

Le MIIX 720 est un joli jouet à 1300€ (je l'ai eu en promo à 1000€), ce qui commence à faire chère. Mon précédent ordinateur portable, un Samsung Q35 qui fonctionne toujours parfaitement grâce à Ubuntu m'avait aussi coûté une petite fortune il y a 11 ans, mais je peux dire que j'en ai eut pour mon argent. Donc je retente le coup avec cet engin.

Je voulais un engin tactile, avec une belle résolution d'écran, qui puisse s'utiliser en mode tablette, mais qui soit un vrai ordinateur, avec un processeur Intel pour une compatibilité maximum. Toutes les marques proposent des ordinateurs répondant à ces contraintes, pour un budget entre 600 et 1400€. Mais si on cherche un peu, pour une compatibilité max avec le pingouin, c'est Dell ou Lenevo.

Le MIIX 720:

  • Écran 12 pouces IPS brillant avec une définition QHD+ (2880 x 1920 px) au format 4 :2
  • Processeur Intel Core™ i5-7200U CPU @ 2.50GHz × 4
  • Mémoire: 8.0Go PC4-17000 DDR4 2133MHz
  • Disque SSD 256Go
  • Carte graphique Intel HD Graphics 620 (Kabylake GT2)
  • Caméra frontale 1Mpx avec capteur infrarouge et dorsale 5Mpx avec autofocus.
  • Haut-parleurs stéréo intégrés avec technologie Dolby
  • Dimension 293 x 216 x 14,6mm (avec clavier) ou 8,9mm (sans clavier en mode tablette).
  • 1 USB 3.1 (Type-C utilisé pour la recharge), 1 USB 3.0 et 1 USB 2.0 dont une alimenté ordinateur éteint. Connecteur microSD et audio mixte.
  • Poids 1,1kg avec clavier, 0,8kg sans le clavier.
Photo du Lenovo MIIX 720 avec Ubuntu

Préparation de l'installation

1) Dans windoze

J'ai commencé par lui réduire drastiquement la taille de sa partition pour récupérer environ 200Go pour Ubuntu, car je veux dans un premier temps faire une installation avec dual boot pour valider que tout fonctionne, ensuite je virerai fenêtre. La raison est que s'il faut que je fasse une mise à jour du BIOS, il n'y a pas de choix et il faut hélas passer par windoze.

2) Dans le BIOS

Pour accéder au BIOS de l'ordi, on peut passer par les menus de windoze au fin fond des options avancées, ou alors tenir appuyer le bouton d'augmentation du volume en même temps que celui du démarrage. J'ai désactivé le secure boot et histoire de me simplifier l'installation, mis le démarrage en mode Legacy plutôt qu'UFI.

J'ai aussi au passage changé l'ordre de démarrage pour que les périphériques USB boot avant l'UFI de windoze.

3) Création d'une clée USB bootable avec la version 17.04 d'ubuntu Desktop. L'outil de création dans Ubuntu fonctionne à merveille.

Premier test avec le live USB

Sur le live USB d'Ubuntu 17.04 tout fonctionne direct (son, micro, tactile, clavier, touchpad, caméra frontale, bluetooth, réglage de luminosité...) sauf les éléments suivants:

  • le wifi (c'est ça qui énerve le plus),
  • la caméra dorsale (elle fonctionne peut être, mais Cheese ne la détecte pas),
  • la lecture du disque dur (prévu car annoncé dans les forum, il faut changer son mode de fonctionnement, voir plus bas),
  • la rotation d'écran (mais je crois que ça marche sur aucun hybride, car l’accéléromètre n'est pas géré par le pingouin en standard, il faut ajouter des trucs).
  • Les touches de raccourcis avec la touche Fn ne sont pas reconnues comme spéciales (donc je suis passé par les menus). En fait si, mais j'explique plus bas.

Concernant l'écran détachable, aucun problème lorsqu'on le retire ou qu'on le remet. Par contre par défaut, le clavier virtuel ne se lance pas en mode tablette, il faut l'activer avec l'application OnBoard et le configurer pour qu'il s'affiche si besoin.

Donc, à part le wifi, ça s'annonce plutôt bien. Je me lance donc dans l'installation, d'autant que dans certains forum ils disent que le wifi marche si on fait l'installation sur disque.

L'installation

Préparatifs complémentaires trouvés ici.

1) Mettre à jour le BIOS

C'est obligatoire, raison pour laquelle il ne faut pas jeter tout de suite windoze. En passant par l'application windoze du compagnon Lenovo il est possible de mettre à jour la version du BIOS afin d'obtenir un menu supplémentaire qui permet de changer le mode de fonctionnement du disque.

2) Changer le mode de fonctionnement du disque dur SSD de RAID à AHCI

En effet le mode RAID n'est pas supporté par Linux. J'ai suivi la procédure suivante pour changer de mode sans avoir à réinstaller windoze (si vous virez fenêtre, il devrait suffire de changer juste dans le BIOS):

  1. Ouvrir un terminal administrateur dans windoze: click droit sur le menu Démarrer, puis saisir la commande suivante: bcdedit /set {current} safeboot minimal (qui dit à fenêtre de démarrer en mode sans échec au prochain reboot).
  2. Éteindre l'ordi et le redémarrer pour aller dans le BIOS (volume haut en même temps que bouton de démarrage).
  3. Dans le BIOS, changer le mode SATA de RAID à AHCI (via le nouveau menu apparu avec la mise à jour du BIOS), sauver et redémarrer.
  4. Laisser démarrer windoze en mode sans échec et exécuter dans un terminal administrateur la commande : bcdedit /deletevalue {current} safeboot puis redémarrer. Windoze est maintenant en AHCI.
3) Installation depuis le live USB

Comme j'avais fait de la place précédemment, j'ai installé Ubuntu sur la place restante. Pour ce test, je n'ai fait qu'une seule partition montée sur "/" mais bien sûr on peut faire mieux (voir plus bas pour l'hibernation, il est préférable de créer une partition de swap).

A noter que j'ai fait une première installation avec le BIOS defini à Legacy mais qu'il y a eut un problème à la fin. En remettant le BIOS en UFI et en saisissant un mot de passe lors de l'installation d'Ubuntu pour le boot, tout s'est très bien passé et Grub était directement opérationnel.

Autre farce de l'installation depuis le live USB, le clavier au reboot est en QWERTY et non en AZERTY, ce qui peut poser des problèmes pour la saisie du mot de passe. Pour une raison que j'ignore, le clavier virtuel qui peut être activé est tronqué et donc il manque des touches.

Ubuntu fonctionne, mais tjs pas le wifi, ce qui ne permet pas de finaliser l'installation. Grumpf !

4) Tuning d'après installation
  • WIFI: j'ai trouvé cette commande dans un forum qui fonctionne parfaitement pour réparer le wifi: lancer dans un terminal sudo tee /etc/modprobe.d/ideapad.conf <<< "blacklist ideapad_laptop" et rebooter. Au démarrage le wifi fonctionne niquel.
  • Finir l'installation: Comme l'installation s'est fait sans wifi, la première des chose à faire est de terminer l'installation et de lancer le gestionnaire de mise à jour. Ne pas oublier de passer dans le menu de prise en charge des langues qui doit finir l'installation de la langue française.
  • Configurer l'application OnBoard: pour que le clavier virtuel s'affiche dès que l'on est dans une zone d'édition et qu'un clavier physique n'est pas présent.
  • Touche Fn: en fait, sur ce clavier, les touches F1 à F12 ne sont pas accessibles directement, il faut appuyer sur la touche Fn pour lancer les fonctions correspondantes. Et donc toutes ces touches sont utilisées comme touches complémentaires ou multimedia des claviers classiques. Donc il suffit d'appuyer dessus pour gérer le son, la luminosité, mais aussi recharger une page du navigateur, fermer une fenêtre, désactiver le touchpad, verrouiller la session... Donc en conclusion tout fonctionne. Une exception à ce fonctionnement est le rétro-éclairage du clavier qui s'allume en pressant Fn+Espace.
  • Clavier mire de login: ça agace d'avoir un clavier en qwerty pour saisir son mot de passe. Pour corriger le clavier par défaut, il faut ouvrir une console et lancer la commande sudo dpkg-reconfigure keyboard-configuration. A noter que pour ouvrir un terminal il faut cliquer en même temps sur la touche Fn (Ctrl+Alt+Fn+F1).
  • Ajouter l'application ClassicMenu: histoire de pouvoir lancer des applications sans clavier en 2 clics. De toute façon je trouve cette application indispensable.
  • Lenovo active pen: pas de difficulté ici, il suffit de le connecter en blutooth et il est reconnue comme une souris. Pour avoir toutes les fonctionnalités (sensibilité à la pression, gomme...) il faut passer par le menu wacom de la config et surtout le déclarer dans les menu de Gimp.
  • Hibernation: par défaut, le mode hibernation n'est pas actif dans Ubuntu, mais il est très bien supporté par cette machine. Le tutoriel du site ubuntu-fr sur l'hibernation ne précise pas tout. Déjà il faut installer le paquet pm-util pour avoir la commande pm-hibernate:

sudo apt install pm-utils

Ensuite il faut absolument avoir une partition de swap et non utiliser la fonctionnalité par défaut qui utilise un fichier d'échange. Donc j'ai du modifier ma partition sur laquelle j'avais installé mon Ubuntu avec gparted (je l'ai fait depuis un live usb). J'ai créé une partition d'environ le double de la taille de la mémoire vive.

Une fois la partition swap crée, il faut dire à Ubuntu de s'en servir: 1) Désactiver le fichier d'échange

sudo swapoff /swapfile

2) Supprimer le fichier d'échange

sudo rm /swapfile

3) Modifier la config de fstab pour commenter l'utilisation du fichier d'échange et activer l'utilisation de la partition

sudo gedit /etc/fstab

puis commenter

#/swapfile none swap sw 0 0

et ajouter

/ dev/nvme0n1p6 none swap sw 0 0

nvme0n1p6 doit être remplacé par le chemin ou le UIID de la partition swap. Puis rebooter.

A ce stade là, la mise en hibernation fonctionne parfaitement en ligne de commande avec

sudo pm-hibernate

mais il manque les menus. J'ai donc suivi le tutoriel pour cette partie afin de faire apparaître les menus et tout fonctionne parfaitement.

5) Autres fix pas encore trouvés

J'ai voulu tester le bureau Unity8 qui est supposé être adapté au tactile, et c'est inutilisable en raison du facteur d'échelle, qui contrairement au bureau standard, ne se met pas sur 2. Donc compte tenu de la haute résolution de l'écran, tout est minuscule.

Voilà ce qui reste qui ne fonctionne pas:

  • Sur la page de login, le clavier virtuel est coupé et trop petit. Il semble que ce soit un bug connu lié au facteur de zoom. A noter que si le clavier virtuel n'est pas actif et que on l'active au login parfois il a la bonne taille.
  • Certaines applications comme GIMP ne tiennent pas compte du facteur de zoom qui est de 2 pour l'affichage, du coup les fenêtres sont très petites.
  • Détection de la présence du clavier physique: il est possible dans OnBoard, le clavier virtuel de définir les évènements qui correspondent au détachement ou rattachement du clavier physique. J'ai cherché, mais je n'ai pas trouvé les codes à mettre dans OnBoard pour qu'il détecte que le clavier physique est déconnecté ou reconnecté.
  • Rotation de l'écran: ça ne marche pas directement, il faut ajouter un script qui va détecter les évènement liés au gyroscope (voir ici). Je ne l'ai pas encore fait fonctionner.
  • Caméra dorsale: pour l'instant, aucune application ne semble la voir.
  • Autonomie: en cours de test.

Conclusion

Je ne regrette absolument pas mon choix, car certes il faut faire un peu de tuning, mais c'est accessible et surtout on a l'impression qu'Ubuntu ne va pas tarder à le supporter en standard, toutes les briques sont là.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 2 septembre 2017

Parlons de mon nombril

Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler régime sur ce blog qui normalement parle plutôt de citoyenneté. Certes il y a une crise de régime en France, avec nos institutions qui sont malades, mais là je veux parler de boustifaille, d’embonpoint, de ripaille et de pantalon qui ne vont plus.

Depuis des années, mon poids augmente lentement mais sûrement, au détriment de ma santé: quasiment plus d'endurance, transpiration à grosses gouttes au moindre effort, mal de dos, fragilité aux genoux. Au delà de la santé, il y aussi l'estime de soi qui baisse au fur et à mesure que gonfle le reste. Bref il fallait agir.

Première tentative

Il y a quelques temps, je me suis lancé dans le régime Ducan, le truc à la mode en 2011. Ça fonctionne, j'ai perdu les 12 kg que je m'étais fixé comme objectif, mais c'est juste aberrant comme régime. J'en ai repris 16 dans les 3 ans qui ont suivis. Mais je pense, le pire du pire, c'est l'effet psychologique désastreux que ce régime a sur le mental. En effet, en mettant des interdits pendant la durée du régime et mettant en place une alimentation totalement déséquilibrée, on instille une envie profonde de transgression. Lorsque l'objectif est atteint, les aliments interdits ont une telle aura de séduction que l'on est comme attiré, inévitablement vers eux. L'effet balancier est prévisible. Ce régime devrait être interdit pour les gens qui ont un surpoids modéré (ce qui est mon cas).

La phase d'hésitation

Après le désastre du régime Ducan, j'ai longuement hésité. Que faire pour revenir à un poids raisonnable ? Comme dans le même temps j'avais d'autres projets, j'ai laissé le sujet traîner. De toute façon, un régime ne fonctionne que si l'on est motivé. En 2016, j'étais à nouveau prêt à me lancer, mais cette fois ci, je suis allé voir un professionnel, pour partir sur de bonnes bases.

Le médecin nutritionniste

Ce médecin m'a écouté, ausculté et fait faire des analyses complètes pour vérifier si j'avais des problèmes physiologiques susceptibles d'être à la source du surpoids. Dans mon cas, à part un petit peu d’hérédité familiale, rien de spécial. Pour lui, je ne suis pas un patient intéressant, car il n'y a aucun challenge. Une simple modification de l’alimentation devrait suffire. Il m'a expliqué les fondements de ce régime. Donc je me suis lancé.

Le régime que je suis

J'ai cherché sur le net pour trouver quel était le régime qu'il m'a proposé. Grosso-modo, c'est une variante modernisés du régime Montignac, qui essaye de proscrire les aliments à haut indice glycémique. Il réduit en plus le plus possible le gluten. Voici ce que ça donne:

  • Réduction drastique des sucres raffinés. Un peu de sucre rapadour si besoin, sinon des fruits. L'alcool est aussi nocive que du sucre, donc à faibles doses "plaisir".
  • Ne pas manger des protéines avec des féculents: le repas de midi légumes et féculents, le repas du soir, protéines et légume. Bien sûr on peut permuter.
  • Proscrire le maïs et les pomme de terre, ou alors à petite dose et froide (l'indice glycémique des patates est passable lorsqu'elles sont froides).
  • Consommer du riz complet ou des pâtes complètes.
  • Éviter les aliments riches en gluten comme le pain surtout s'il est blanc. Le pain complet c'est passable.
  • Proscrire tous les aliments industriels qui sont systématiquement enrichis en sucre, et gluten et sont réalisé avec des aliments rafinés.
  • Utiliser des huiles riche en Omega 3 (colza, olive), ainsi que des œufs oméga 3.

Voilà. Pas de contrainte sur les quantités. Des exceptions sont possibles si elles restent des exceptions. Le but est d'éviter les pics d'insuline lors des repas qui stimulent le stockage des graisses et qui sont provoqués par les aliments à indice glycémique haut.

Les trucs un peu compliqué sont les suivants:
  • Remplacer le pain au petit déj. J'ai plein de farines complètes de toute sorte pour me faire des pains variés à la machine à pain. J'ai testé les faux pains sans gluten, c'est pas bon et ça marche pas à la machine à pain sans des millions d’ingrédients que l'on a pas normalement dans sa cuisine. Je préfère donc manger moins de pain mais du bon. Je mange donc 2 petit déjeuners sur 3 un porridge d'avoine[1] avec un yaourt. C'est parfait pour ne pas avoir faim et pour varier je rajoute de la pomme, de la poire (fruits de saison), de la banane ou des raisins secs.
  • Pour mon épouse de faire des repas de légumes en hivers (j'ai commencé en automne mon régime) alors que nous sommes dans une démarche de locavor teinté d'un peu de bio, n'est pas pratique et on tourne un peu en rond[2]
  • Résister aux desserts et au viennoiseries est difficile pour moi. Je me venge sur les fruits: pommes, poires, clémentines, oranges. Au printemps et en été c'est beaucoup plus varié.
  • Le grignotage est une de mes faiblesse. J'ai écumé les magasins bio pour me faire des assortiments de graines et fruits sec pour les fringales au bureau. Bien sûr, il n'est pas concevable de se passer de mon carré de chocolat quotidien, mais c'est du bon, du noir et issu du commerce équitable, et ça tombe bien c'est recommandé dans le régime Montignac.
Le premier bilan

C'est génial. J'ai perdu le premier mois 1kg par semaine. Les fêtes de Noël ont un peu plombées les statistiques, et il y a eu un plateau d'environ 3 semaines, mais c'est reparti plus lentement, environ 500g par semaines.

En principe, la courbe de poids doit tendre vers le poids morphologique[3] de manière asymptomatique. Ça c'est la théorie. Dans la pratique, ça dépend de vous. Par exemple pour moi, je me suis stabilisé autour de 85kg après avoir perdu un peu plus de 10 kilo, mais mon poids théorique idéal est de 75kg, poids que je n'ai fait que quand j'étais étudiant.

Et maintenant

Je continue cette hygiène d'alimentation qui n'est pas trop contraignante et qui n'empêche pas de faire un repas hors cadre de temps en temps du moment de se rattraper les jours qui suivent. En plus, en résistant aux desserts, je n'ai pas de problème pour manger à la cantine ou au resto, et je fais même des économie quand je prend une assiette de légumes/féculents.

Je vous invite à lire la méthode Montignac pour bien comprendre la théorie des indices glycémiques. Ses bouquins datent un peu mais la théorie est à la base de toutes les rééducations alimentaires qui marchent. Gardez en tête, que tous les régimes hypocaloriques ou qui déséquilibrent l'alimentation sont TOUS voués à l'échec. La méthode Montignac et toutes ses variantes modernes permettent de manger à sa faim et sans restriction de quantité, ce qui est primordiale pour que ça tienne dans la durée.

Notes

[1] Un volume de flocon d'avoine, un volume de lait, une cuillère à café de sucre et de la cannelle. Au micro-onde 1'40".

[2] On a testé toutes les variétés de choux.

[3] Celui donné par les formules en fonction de la taille et de l'âge.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 2 juillet 2017

Petits gestes écologiques et économiques

Avoir une vraie démarche de protection de l'environnement dans sa consommation n'est pas toujours à la porté de tous, car plus on veut être puriste, plus le coût augmente.

Pour certains achats, choisir un produit créé en respectant l'environnement (les gens ou la planète) est facilité par le fait que le produit a une valeur intrinsèque du fait de son mode de production. Dans ce cas il n'y a pas de comparaison avec les produits issus d'une chaîne de fabrication non respectueuse. Par exemple, des produits de l'artisanat, des aliments bruts et sans traitement, des denrées inexistantes des processus industriels ou tout simplement à peine rentable.

Par contre il existe des produits où l’exercice est beaucoup plus dur. Typiquement dans le domaine de l'électronique c'est quasiment impossible. Il existe bien le Fairphone qui se veut respectueux de l'environnement: entièrement réparable, issu de matières premières ne provenant de pays en guerre. C'est une noble idée, mais le prix est juste exorbitant en regard des performances et fonctionnalités.

J'ai découvert une autre manière de lutter contre le problème de l'électronique qui ne respecte pas l'environnement: le recyclage. En achetant un téléphone d'occasion, non seulement je fais des économies, mais en plus en prolongeant la durée de vie d'un appareil, son impact écologique relatif est réduit: les conséquences environnementales d'un téléphone qui dure 4 ans sont moindres que celles de 2 téléphones qui durent 2 ans.

Et donc je suis devenu fan de backmarket, une plateforme de revente de matériel électronique d'occasion. Le principe est simple, les revendeurs professionnels d'appareils d'occasion, enregistrent les modèles qu'ils ont en stock selon une grille d'état de l'appareil. Ensuite avec le moteur de recherche, vous cherchez le modèle et tous les appareils dans tous les états apparaissent.

J'ai acheté 2 smartphones comme ça et pour l'instant j'en suis très content: un Galaxy S5 activ susceptible de résister à ma fille et pour moi un S6 edge+. Pour mon téléphone qui était encore en vente neuf, à ce moment là, c'était moitié prix, avec juste quelques rayures.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 21 juin 2017

Les ministres MoDem démissionnent

Dans les projets que voulait porter Nathalie Audin au parlement il y a le renforcement des conséquences de dénonciations calomnieuses. En effet, vouloir promouvoir l'exemplarité en politique implique la contrepartie que toute fausse dénonciation doit coûter chers à celui qui la fait, car il est trop facile de balancer des accusations infondées pour casser une personnalité politique.

Il y a une volonté de lavage plus blanc que blanc. Une forme d'extrémisme au risque d'éliminer des gens d'une grande qualité qui ont vécu dans l'ancien monde et veulent bâtir le nouveau. N'y a-t-il donc aucun moyen de changer le système de l'intérieur ?

Ce que le MoDem a fait pour financer son fonctionnement, alors qu'il ne disposait de presque plus de financement publique, n'est plus souhaitable, mais correspondait aux bonnes pratiques de l'époque et était pratiqué par TOUS les partis politiques: les permanents du parti étaient à temps partiel au service des parlementaires de ce parti, puisque les missions d'un représentant du parti et d'un parlementaire se chevauchent. C'est encore aujourd'hui très, très largement pratiqué dans les collectivités territoriales, et avec beaucoup moins de respect de l'argent publique, pas plus loin que dans la 6ème circonscription pendant cette séquence électorale que nous venons de vivre.

Je vais donc attendre de savoir ce qui est réellement reproché aux parlementaires européen du MoDem, mais je m'attend à ce que ce soit insignifiant. En attendant, notre pays aura perdu pour de grand projet de reconstruction, deux très grandes personnalités que sont François Bayrou et Sylvie Goulard.

Je suis chagrin.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 19 juin 2017

Législatives : les résultats du 2ème tour dans la 6ème circonscription des Alpes Maritimes

  • Laurence Trastour (LR) 57,35% (17051 voix)
  • Nathalie Audin (La République en Marche!) 42,65% (12680 voix)

Inscrits : 77999, Abstentions : 58,75% (45822 inscrits), Votants : 41,25% (32177 inscrits) dont exprimé : 38,12% (29731 votes) et blancs ou nuls : 7,60% (676 votes)

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 16 juin 2017

Législatives, un dernier petit truc...

Chers lecteurs,

Dans la 6ème circonscription des Alpes Maritimes (St Laurent du Var, Cagnes, Villeneuve Loubet, St Paul de Vence et la Colle sur Loup), au premier tour, nous sommes arrivés près de 6 points devant la candidate LR et avons eut la très grande satisfaction d'éliminer le candidat FN. Ce résultat exceptionnel dans notre département a bien sûr été possible grâce au projet et à la dynamique autour d'Emmanuel Macron que nous sommes très fier de porter.

Je ne vous ferrais pas ici l'éloge de ce projet, ni vous dire que nous sommes des gens biens pour le porter. Je voudrais attirer votre attention sur la révolution de velours qui est en train de se dérouler sous vos yeux. Vous en avez certainement pris conscience au vu des sondages nationaux, mais cette vague, pour une fois, a dépassé l’Estérel, et vous avez dans vos mains, une arme de dynamitage du paysage politique local.

Dans la 6ème circonscription, mais aussi dans la 7e (Antibes à Bar sur Loup), la 8e (Cannes Mandelieu) et la 9e (Le Cannet à Grasse), la 1ère (cœur de Nice) les scores sont serrés et se joueront à quelques centaines de voix près.

Nous avons, vous avez, la possibilité de souffler un vent de renouveau politique dans ce département sclérosé par son absence de diversité ou d'alternance politique. Sortir des professionnels de la politique qui en vivent pour certain depuis près de 30 ans, et les remplacer par « de vrais gens » avec un vrai métier, une expérience de terrain et surtout, une envie de faire réussir un projet complet et ambitieux.

Si vous voulez que cette révolution dans le département des Alpes-Maritimes se concrétise, utilisez votre bulletin comme détonateur !

Cedric.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

Chronique Législative: quelques trucs en vrac

Bon je vais essayé d’arrêter de m'excuser de ne pas publier plus, mais il y aurait tellement de trucs à vous raconter sur cette campagne. Alors, dans le sprint final, et avec la fatigue qui empêche d'écrire de choses riches, je vous met quelques trucs en vrac.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 12 juin 2017

Législatives : les résultats du 1er tour dans la 6ème circonscription des Alpes Maritimes

Voici les résultats définitifs[1]. Le taux de participation est de 47.61%

  • Mme Nathalie AUDIN, La République en marche ! 33,04 %
  • Mme Laurence TRASTOUR-ISNART, Les Républicains 27,45 %
  • M. Yoann SALIBA, Front national 20,64 %
  • Mme Prune HELFTER-NOAH La France insoumise 6,63 %
  • M. Lionel DOLCIANI Debout la France 2,52 %
  • M. Antoine MARCHESE Europe Ecologie - Les Verts 1,88 %
  • M. Jean-François TÉALDI Parti communiste français 1,62 %
  • M. Michel GAILLARD Parti socialiste 1,56 %
  • M. Jérôme PARISE écologistes 1,54 %
  • Mme Frédérique SAJAN Parti animaliste 1,27 %
  • M. Gilles MARCEAU Union populaire républicaine 0,67 %
  • M. Cyril COUSINIÉ Divers 0,48 %
  • Mme Valérie SACHÉ GROUÈS Divers 0,33 %
  • Mme Danièle BARTOLI Lutte ouvrière 0,31 %
  • M. Patrick ROBBE Divers 0,07 %

Note

[1] Pour être au second tour il faut faire 12,5% des inscrits soit avec l'abstention, plus de 25%.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 6 juin 2017

Chronique Législative: un petit récapitulatif des évènements

Quant j'ouvre mon blog et que je le vois sans mise à jour depuis si longtemps je suis honteux. Avec tout ce qui se passe en ce moment, il y aurait de quoi faire trois billets par jour. Oui, mais là j'ai une vrai excuse pour ne pas publier ici. Si, si, je suis en campagne et pas qu'un peu.

Alors il y a twitter qui a pris le relais qui me permet de capter mon actualité de cette campagne, mais je vais essayer de vous en parler un peu quand même ce matin, juste avant un nouveau rendez-vous de campagne dans 1h.

Une analyse de notre potentiel électoral

Cette étape se fait tranquilou le soir, une fois que tout le monde dors. Elle permet de définir les contours de l'électora et les chances de gagner. Je vous la mettrai en détail dans un billet dédié.

Des documents, rien que des documents

Avec Nathalie nous avons décider de faire une campagne au contact des gens. Nous prenons le temps de rencontrer, de parler, d'échanger. Mais pour pouvoir entamer une conversation lorsque l'on n'est pas très connu, il faut un bout de papier, un tract. Donc toute première étape, je me suis attelé à la réalisation d'un premier tract de campagne[1]:


Ceci fait, nous avons pu nous lancer sur le terrain[2] et commencer à découvrir le très bon accueil des électeurs d'Emmanuel Macron, ça on s'en doutait, mais aussi des gens d'autres sensibilités politiques. Premier choc positif.

Il y a des contraintes d'imprimeur, de la paperasse[3] qui ne nous ont pas laisser beaucoup de temps. Donc parallèlement, aux première rencontre sur le terrain, avec les média qui nous ont pris un peu à froid, il faut préparer le matériel électoral, l'affiche, la profession de foi et le bulletin de vote[4]:


Les média

Le monopole local papier a été d'une formidable continuité dans sa couverture de cette campagne. La tourmente politique de l'élection d'Emmanuel Macron semble s'être arrêté à l'Estérel et n'avoir pas effleurer nos journalistes des Alpes Maritimes qui continuent de regarder l'actualité politique avec toujours le même tropisme. Je n'en dirai pas plus car je vais être méchant et il parait qu'il ne faut jamais être méchant avec les journalistes...

France 3 Côte d'Azur a fait un reportage sur 2 des candidats en marche, quelques jours après notre investiture avec l'objectif de montrer que nous étions à la ramasse. Sympa comme approche ! Après nous avoir cuisiné pour savoir si nous savions combien coûte une campagne, comment ça marche ... et voyant son projet de nous faire passer pour de la bleusaille tomber à l'eau, le journaliste a finalement saisi la perche que nous lui tendions d'une campagne à petit budget[5].

Autre surprise, France 3 national est venu faire quelque images sur les candidats de la 6ème circonscription. On ne sait pas trop ce qu'ils garderont. Il semble que le thème soit les femmes en campagne.

Dernièrement, la télévision autrichienne est venue interviewer Nathalie, pour essayer de comprendre le phénomène En Marche. Et dans quelques minutes, le débat de NiceMatin. Ce sera la surprise sur ce qui en sortira.


La suite au prochain épisode.

Notes

[1] C'est moi qui ai créé ce tract, avec exclusivement du logiciel libre bien sûr !

[2] A l'exception de la candidate LR, nous étions les seuls sur le terrain.

[3] à laquelle Nathalie s'est attelé.

[4] Là aussi faite par votre serviteur avec du logiciel libre.

[5] Nous vous publierons tout, vous verrez, nous avons été sage avec l'argent public.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 16 mai 2017

Chronique Législative: vite, vite

Comme le temps me manque pour vous parler des sujets de fond, je vais essayer de vous faire une petite chronique du truc que je vis en ce moment.

La tête dans le guidon

Je rappel à ceux qui n'auraient pas suivi que je suis le suppléant de Nathalie Audin pour les législatives des 11 et 18 juin (on a bien l'intention d'être au second tour), avec les couleur de La République En Marche!

Avec Nathalie Audin, nous bossons jour et nuit pour la campagne. La décision d'En Marche! de ne donner les investitures qu'une semaine après l'élection d'Emmanuel Macron, qui si elle est tout à fait légitime, pose des difficultés logistiques pour les candidats. Donc nous avons déjà répondu aux journalistes (je vous ferais une petite revue de presse), nous travaillons à nos supports de campagne (même chose, ils arrivent bientôt en ligne) et nous rencontrons les militants d'En Marche! de la circonscription que nous ne connaissons pas encore.

Le pied absolu

Je ne vous parle pas du bonheur pour un militant du MoDem comme moi de voir les murs exploser dans le paysage politique. Avec Nathalie qui était engagée au PS (courant Stroskanien si ça se dit comme ça) alors que moi j'étais en mode extrême centriste au MoDem, nous parlions depuis longtemps de nous retrouver pour faire des choses en commun. Autant vous dire que c'est pour nous un vrai plaisir de militer ensemble. Nos expériences différentes sont assez complémentaires.

Nous avons décidé de faire cette campagne en mode bonne humeur, et nous nous sommes déjà pris de bons fou-rires.

Pas facile d'être un citoyen engagé

Heureusement que mon épouse me soutien, car c'est quant même vachement prenant comme exercice d'être candidat. Par contre mon patron n'est pas super motivé, voir même, plutôt en mode ronchon de me voir candidat.

Et oui, contrairement aux professionnels de la politique, nous sommes Nathalie et moi des salariés, et la campagne nous coûte de l'argent sous la forme de congés payés (et je ne parle même pas du reste...). Raison de plus pour la faire dans la bonne humeur !

En bande

Une campagne ça se fait à plusieurs, en fait à plein de gens, c'est ça qui est génial. Petit à petit les gens s’agrègent autour de nous. Les Marcheurs bien sûr, certains super enthousiastes, d'autres dans l'expectative, certains même hostiles. Mais il y a aussi les potes du MoDem, les amis, la famille, les ex ou encore militants d'autres partis, ou tout simplement des gens qui veulent participer. Que nous aurions aimé avoir un peu plus de temps pour structurer tout ça. Mais c'est pas grave, cela ne sera peut être pas parfait, mais ce sera à l'image de ce que nous voulons, généreux, volubile et au contact.


Bon j'y retourne, les documents de campagne ne vont pas se faire tout seuls. En attendant la suite des aventures, quelques tweets de votre serviteur:

RTL France @RTLFrance    [Retweeted by CedricAugustin @CedricAugustin]
"Le PS et Les Républicains regardent leurs grilles d'analyse du monde d'avant pour penser le monde d'après",… twitter.com/i/web/status/8…

Cedric Augustin @CedricAugustin
Angela Merkel est pragmatique donc si l'Allemagne y trouve son compte aussi il n'y a pas de raison qu'elle rejette… twitter.com/i/web/status/8…

Cedric Augustin @CedricAugustin
Je vous raconte pas le pied que c'est pour un militant du MoDem d'assister à tout ça. 10ans que j'attends de dynami… twitter.com/i/web/status/8…

Cedric Augustin @CedricAugustin
Ne pas se moquer trop vite, pas sûr que les européens soit tellement meilleur :D twitter.com/KabirTaneja/st…

France 3 Côte d'Azur @F3cotedazur    [Retweeted by CedricAugustin @CedricAugustin]
#EdouardPhilippe à Matignon : #ChristianEstrosi appelle à "répondre à la main tendue"... Plus de réactions : france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes…

Cedric Augustin @CedricAugustin
C'est tjs étrange de voir @cestrosi se positionner en homme de droite "modéré" et le supposé centriste du 06 s'affi… twitter.com/i/web/status/8…

Bob le Centriste @BobLeCentriste    [Retweeted by CedricAugustin @CedricAugustin]
Ça continue “Bouh il est de droite gnagnagna” “Bouh il est de gauche gnagnagna” twitter.com/luccarvounas/s…

Marielle de Sarnez @desarnez    [Retweeted by CedricAugustin @CedricAugustin]
Ce rassemblement n’est pas un vieux rêve, c’est un idéal pour ajd et demain, pour sortir de l’impuissance et redonner confiance. @franceinfo

Cedric Augustin @CedricAugustin
Et voilà, @EmmanuelMacron continue de dynamiter la politique française. Pas besoin de voter FN pour changer le syst… twitter.com/i/web/status/8…

Namias Robert @NamiasRobert    [Retweeted by CedricAugustin @CedricAugustin]
En gros pour Juppé, c'est d'accord mais pas tout de suite.

MI P. @Mipmip    [Retweeted by CedricAugustin @CedricAugustin]
La dernière et seule fois qu'une femme a été nommée première ministre en France, j'allais sur mes 10 ans.

airwone17 @airwone17    [Retweeted by CedricAugustin @CedricAugustin]
FLASH : En direct de l'Elysée, un forcené empêche la nomination du #PremierMinistre pic.twitter.com/5jId7cMOW8

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 12 mai 2017

Et alors ?

Comment se fait-il qu'après une telle victoire d'Emmanuel Macron, tant attendue par le tenancier de ce blog, il n'y ai pas la moindre réaction, pas même les habituels résultats sur la commune de St Laurent du Var, qui avec le FN en tête devraient appeler un commentaire.

Je vous prie de m'excuser. Quelques explications.

Tout d'abord, le soir du second tour et le lendemain, j'étais en famille de l'autre côté du channel, chez la perfide Albion. J'ai donc fêté la victoire de notre nouveau président en famille dans un chouette restaurant british, pas trop le lieu pour réagir numériquement. Le lendemain nous étions au Warner Bross studio au nord de Londre pour nous immerger dans l'univers d'Harry Potter. Nous nous en sommes mis pleins les mirettes, et à Pouldlar ou dans le chemin de traverse, il n'y avait pas trop l'ambiance électorale.

Depuis le 7 mai, la séquence législatives est lancée. Comme militant j'ai commencé à filer un coup de main aux candidates portant les couleurs du MoDem dans les Alpes Maritimes (oui en théorie il y en a 2). Et puis j'ai fait un peu plus que d'être militant, puisque me voilà candidat suppléant avec Nathalie Audin dans la circonscription dans laquelle j'habite, la 6ème qui comporte 5 communes: St Laurent du Var, Cagnes sur mer, Villeneuve-Loubet, La colle sur Loup et St Paul de Vence.

Donc voilà, j'ai à nouveau la tête dans le guidon. Je tweet encore un peu mais pour l'instant, tant que la campagne n'est pas lancée, il y a un max de taf pour être prêt: analyse des forces en présence à maintenir, photos, tracts, profession de fois, documents officiels... sans compter les interview qui ont déjà commencées. Bref c'est un peu sur les chapeaux de roues tout ça et je ne trouve pas le temps de me poser devant mon clavier pour le blog.

Dès que possible je vous en dit plus.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 5 mai 2017

Voilà, nous y sommes

Un candidat qui porte un projet compatible avec mes engagements politique arrive au second tour en position de l'emporter. Il a construit un projet ambitieux et raisonnablement réaliste pour que les points essentiels puissent voir le jour, sans fracturer la société, sans monter les gens les uns contre les autres.

Enfin.

Il y aura du boulot, beaucoup, mais l'approche esquissée par Emmanuel Macron, laisse espérer que ces chantiers pourront être lancés AVEC les gens, AVEC les partenaires sociaux et associatif, AVEC les collectivités territoriales, AVEC nos partenaires européens. Voilà, c'est ça qui m'inspire le plus d'espoir, AVEC.

Je ne me fais aucune illusion sur le 3ème tour social que certaines organisations syndicales préparent en faisant semblant de ne pas participer à cette campagne, ou la complexité de construire une majorité législative. L'habitude du blocage est tellement ancrée dans les têtes de nos élus politiques ou syndicaux, que pour le moment ils n'envisagent pas de simplement parler de négociation, de compromis. Mais j'aime à penser, que le changement de paradigme introduit par Emmanuel Macron pourra chambouler les vielles habitudes, et faire entrer la culture de la concertation, de la négociation, du compromis dans les usages de notre démocratie malade.

En douceur, Emmanuel Macron fait une révolution démocratique. Il a déjà cassé le parti socialiste (avec un coup de main de Mélenchon et Hammon). La droite de LR est elle aussi en piteux état (grâce au brillantissime Fillon). Le débat de mercredi a permis de montrer l'inanité de l'extrême droite. Ceux qui voulaient faire péter le « système » ont pu le faire avec un bulletin Macron. Le grand ménage démocratique est en cours.

Enfin.

Cela ne fait que commencer, mais c'est déjà un bon début non ?

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 27 avril 2017

Il va falloir voter et faire voter dimanche 7 mai

Les sondages qui donnent Macron largement en tête au second tour, s'appuient sur le fait que les électeurs iraient voter. Si une partie trop importante des électeurs qui pensaient aller voter, snobe les bureaux de vote, le résultat pourrait être beaucoup plus serré. Serge Galam, physicien et directeur de recherche au CNRS, a fait des calculs et si 30% des votants opposés à Marine Le Pen au 1er tour s'abstiennent au second, elle peut l'emporter.

On se rappel que les électeurs de Mélenchon, Fillon et des candidats en dessous de 5% ont représenté plus de 50%, donc ces 30% d'abstention ne sont pas une hypothèse farfelue. Le scénario catastrophe peut se réaliser !

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 24 avril 2017

Que ce résultat fait du bien !

J'ai passé ces 2 derniers jours, le ventre à l'envers à me demander ce que deviendrait notre pays si Emmanuel Macron ne passait pas le 1er tour.

Ce soir je suis heureux, très heureux. Notre pays a enfin la possibilité de se réformer sans pour autant le faire en déclenchant une guerre civile. Il a l'opportunité d'être au cœur à nouveau du reboot du projet européen. Une vague de renouveau de la classe politique et surtout des pratiques va déferler.

Bref, beaucoup d'espoir. Je sais que tout ne sera pas réalisé, du moins dans un premier temps, mais le chemin proposé donne envie. Ce que François Bayrou appelait de ses vœux il y a 10 ans a la possibilité de se réaliser. Mon engagement politique peut enfin, peut être, se réaliser.

Alors oui je suis heureux, et je vais continuer pour qu'Emmanuel Macron ait une écrasante majorité au second tour, pour dire au monde entier que la France n'est pas un pays europhobe, que la France n'est pas un pays raciste, que la France n'est pas un pays qui a peur.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 23 avril 2017

Résultats du 1er tour de l'élection présidentielle à St Laurent du Var

Voici les résultats officiels de St Laurent du Var et les résultats provisoires au niveau national:

Candidat St Laurent du Var National
Emmanuel Macron 17,31% 23,77%
Marine Le Pen 33,29% 21,70%
François Fillon 25,15% 19,98%
Jean-Luc Mélenchon 12,73% 19,40%
Benoît Hamon 3,14% 6,29%
Nicolas Dupont Aignant 5,37% 4,79%
Jean Lassale 0,93% 1,23%
Philippe Poutou 0,53% 1,10%
François Asselineau 1,06% 0,91%
Nathalie Arthaud 0,24% 0,65%
Jacques Cheminade 0,24% 0,18%

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 14 avril 2017

Macron n'a pas encore gagné, quoiqu'en disent les sondages

Je voudrais revenir, encore une fois, sur ce qui se passe dans les sondages. Comme le disent les sondeurs et dont pas grand monde ne tient compte, un sondage est une photo, et permet de dégager une tendance au sein de l'opinion, mais pas un pronostic pour un résultat électoral.

Si on rapporte le pourcentage de personne certaines de leur vote aux intentions de vote dans le même sondage, on peut extrapoler un socle électoral d'un candidat, c’est-à-dire, à l'instant du sondage, le résultat minimum du candidat. Ce qui donne avec le dernier sondage Ipsos:

Candidat Intentions de vote Certitude de choix Socle fictif
Emmanuel Macron 22% 68% 15%
Marine LePen 22% 85% 18%
Jean-Luc Mélenchon 20% 66% 13%
François Fillon 19% 80% 15%

J'ai viré toutes les virgules, déjà que la précision d'un sondage est très approximative, pas la peine d'être ridicule en affichant des nombres qui n'ont aucun sens.

Et les autres électeurs ? C'est là que tout se joue dans l'élection. On a 4 catégories d'électeurs qui n'ont pas arrêté leur choix de candidat:

Ceux qui ont l'intention de voter pour un candidat mais peuvent changer d'avis

Cette population est donc analysée par les sondeurs pour savoir vers qui ils pourraient voter en second choix. Ces électeurs sont ceux que les candidats essaient de se piquer les uns les autres, comme Dupont Aignan avec les électeurs de Fillon, ou Mélenchon avec Hamon. Un passage télé qui se passe bien ou pas très réussi comme dans le débat à 11 et hop, ces électeurs changent de cheval dans cette course de petits chevaux.

Ceux qui ne se sont pas encore décidés mais savent qu'ils iront voter

Cette population est la pire pour les sondeurs, car ce sont aussi les électeurs les plus stratèges, ceux qui vont regarder les sondages pour choisir leur vote, avec de la stratégie à 3 bandes. Ils choisissent un candidat pour faire passer un message, pour couper une tête, donc en général "contre". On l'a vu aux primaires de la droite et de la gauche, où cet électorat très difficilement cerné par les sondeurs à dégommer Sarkozy ou Valls.

Ceux qui ne sont pas certain d'aller voter

Enfin les abstentionnistes potentiels, ceux qui voudraient bien faire leur devoir citoyen sans se prendre la tête. Ils sont peu nombreux à la présidentielle, car c'est une élection qui mobilise.

Ceux qui sont certains de ne pas aller voter

Bon cette catégorie ne présente pas grand intérêt électoral. Ceux qui n'arrivent pas à trouver à voter dans une proposition de 11 candidats, ont clairement décidé de confier la décision à ceux qui voteront.

Histoire de rajouter une petite couche de complexité, les différents instituts de sondages ont chacun leur méthode de redressage des résultats brut des sondages, pour essayer d'extrapoler au-delà de la photo de l'opinion. Dans ces redressements, il y a des présupposés, qui accentuent une tendance. Par exemple depuis quelques années, les électeurs sont en mode dégagisme, et cette tendance conduit à sous estimer certains candidats et favoriser d'autres, perçu comme nouveaux ou hors système.

Je pense pour ma part que le vote Fillon est sous estimé, car une partie des sondés de droite disent ne pas voter pour lui à cause des affaires, alors que dans l'isoloir ils reviendront au vote de droite. Inversement, le vote Macron est à mon avis surestimé, car il a représenté une nouveauté, mais les électeurs de gauche ou de droite qui composent son électorat, seront tentés de revenir au bercail s'il n'est plus le favori.

Tout ça pour dire qu'Emmanuel Macron n'a pas encore gagné cette présidentielle, loin s'en faut, malgré son avance dans les sondages.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 8 avril 2017

J'ai compris pourquoi Valls déteste autant Hamon

L'autre soir j'ai regardé un moment le débat entre les 11 candidats et à un moment j'ai imaginé Manuel Valls s'étranglant devant son écran en entendant Benoît Hamon dire quelque chose comme ça (je n'ai pas la retranscription exacte):

... je veux un 49.3 citoyen pour par exemple que les citoyens puissent s'opposer à la loi travail...

Ce genre de phrase c'est du foutage de gueule absolu. Hamon a été l'un des principaux artisans pour empêcher que la loi travail puisse être examinée au parlement. Il n'a pas dit à Valls qu'il allait combattre certains amendements et en soutenir d'autres. Non, les frondeurs ont menacé le gouvernement de le mettre en minorité le contraignant à utiliser le 49.3 pour faire passer cette loi qui pourtant aurait mérité d'être débattue au parlement.

Et non content de ce fiasco démocratique, ils n'ont même pas eut les couilles d'aller au bout de leur manœuvre, car ils n'ont pas voté contre la confiance au gouvernement.

Donc monsieur Hamon empêche sciemment le fonctionnement normal des institutions, car on se rappelle que c'est le job des parlementaires d'améliorer les lois que lui soumet le gouvernement, et s'ils jugent que le gouvernement fait mal son job, de le faire tomber, ce qu'ils n'ont pas fait. Et maintenant, ce monsieur dénonce le fonctionnement des institutions qu'il a lui-même bloqué.

Si ça, c'est pas prendre les gens pour des cons !

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 5 avril 2017

Live tweet du conseil municipal de St Laurent du Var du 05/04/2017

Ce soir, il y avait le budget primitif 2017, une des délibération la plus importante de l'année, puisque c'est le moment où la majorité montre factuellement ses orientations budgétaire et donc par ricochet politiques.

Si vous avez la flême de tout lire, l'information principale c'est que la majorité n'a pas réussi à équilibrer le budget et s'est retrouvé avec un trou de 7 millions, et donc a été contraint d'augmenter les impôts de 1.5 points (soit 9%).

Deux absents de marque ce soir, le 1er adjoint Villardry et l'ex-adjoint, leader d'un des groupe d'opposition, Ghetti (qui tweet beaucoup sur des offres d'emploi en Alsace, et pas trop dans le coin...).

Comme d'habitude, ce live tweet ce lit de bas en haut. Il y a des commentaires et citations qui s'insèrent dans le flot, je n'ai pas fait le ménage, j'ai juste corrigé les coquilles sur les noms des gens.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 29 mars 2017

Lecture des intentions de vote du premier tour

Je suis allé regarder dans le détail le dernier sondage de l'institut Elabe.

CandidatIntention de vote% de certitude% minimum
Emmanuel Macron25,5 %62 %15,81%
Marine Lepen24,0 %86 %20,64 %
François Fillon18,0%76 %13,68 %
Jean-luc Mélenchon15,0 %62 %9,3 %
Benoit Hammon10,0 %42 %4,2 %

La troisième colonne indique le pourcentage minimum en tenant compte de la certitude de vote indiqué par les sondés. Ce sondage indique en plus que seulement 60% des sondés sont certains d'aller voter, donc cela donne beaucoup d'incertitude.

Cependant, en lisant ces données, on comprend mieux la ténacité de Fillon, qui bénéficie d'un socle électoral solide et sait qu'il ne baissera maintenant plus dans les sondages. Macron qui a un socle électoral moins solide n'est donc pas assuré de finir second du premier tour.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 26 mars 2017

L’urbanisme est responsable de 90% des maux de la société

Dans un interview à Nice-Matin, Stéphane Guillon a lancé cette affirmation que je trouve très pertinente:

L’urbanisme est responsable de 90 % des maux de la société. Le jour où on comprendra ça, on aura tout compris. Finalement, c’est en logeant correctement les gens qu’on règlera les problèmes. Et qu’on ne me parle pas d’une histoire de moyens parce que j’ai vu des logements sociaux à échelle humaine, ce qui est rare, qui n’étaient pas plus chers que les autres, et qu’on ne sera pas forcé de raser au bout de trente ans à la dynamite parce qu’ils sont des erreurs architecturales. Le jour où on aura compris ça, on verra que la délinquance, et tous les problèmes qui y sont liés, chutent, la radicalisation y compris, du jour au lendemain. Pour moi, c’est la solution.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

- page 1 de 83