Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 9 octobre 2019

Live tweet du conseil municipal de St Laurent du Var du 09/10/2019

Comme j'ai testé la technique du fil (thread) pour ce live tweet du conseil municipal, du coup je peux jouer avec des outils qui me remettent tout ça dans l'ordre. Plus besoin de lire à l'envers, vous avez maintenant un vrai compte rendu en une page.

Bonne lecture.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

Mes derniers tweets et retweets

Depuis quelques jours je me remet à écrire, donc bientôt le blog va sortir de sa léthargie, promis. En attendant, ça se passe sur twitter. Les tweets sont classées par ordre antéchronologiques. Si vous voulez aller sur le tweet, cliquez sur le lien ''Twitt'.

Notez que si vous avez activé le respect de la vie privée dans votre navigateur, il est normal que vous ne voyez pas les images, car twitter les utilise pour du tracking.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

Ça devait marcher... mais ça marche pô !

Pôle-emplois et la numérisation

Pôle emplois a misé fortement sur la dématérialisation et donc son site web est incontournable pour les demandeurs d'emplois, soit sur leur ordinateur personnel, soit sur leur téléphone, soit dans les agences qui proposent des ordinateurs en accès libre.

Mais le site de pôle-emplois est en carafe depuis plusieurs semaines. Le système a explosé au début du mois, lorsque le nouveau système d'authentification n'a pas été capable d'encaisser la migration massive des utilisateurs de l'ancien système au nouveau.

En effet, depuis près d'un mois, le site web de pôle-emplois informe les utilisateurs du site qu'ils doivent changer leur manière de s'authentifier. Ceux qui se connectent régulièrement l'ont fait et ils doivent représenter une part importante des utilisateurs. Mais pour une portion d'autre que je ne saurais évaluer, le lundi 30 septembre, ça été la panique. En effet, à partir du 28, les demandeurs d'emplois doivent indiquer leur statut pour que soit débloquée le paiement des indemnités. Autant vous dire, que c'est vital pour beaucoup de gens. Et donc en plein weekend, beaucoup ont découvert qu'ils devaient modifier la manière de s'authentifier. Lundi c'était la panique dans les agences pôle-emplois, les gens ne pouvaient plus se connecter, ne pouvaient plus migrer leur compte et donc ne pouvaient plus déclarer leur situation, retardant d'autant le versement de leur indemnité chômage. Les agents de pôle-emplois ont passés une sale journée, condamnés par la technologie à se faire engueuler sans pouvoir faire grand chose.

Le système de migration a été mis en panne 4 jours le soir même pour permettre une probable intervention des techniciens. Dix jour après, le site de pôle-emplois n'a toujours pas retrouvé son fonctionnement normal.

Le réseau de bus de la métropole niçoise

L'idée est magnifique sur le papier: le tram ayant une capacité bien supérieure aux bus, il a été décidé de connecter tous les bus au tram, pour dessiner une espèce de peigne, ou le tram serait le manche circulant d'est en ouest et les bus les dents du peigne, du nord au sud.

Ce faisant, toutes les redondances de l'ancien système de bus disparaissent. Là où il y avait 2 ou 3 possibilités pour aller d'un point à l'autre, permettant de lisser les horaires et les densités, il ne reste qu'une solution passant par le tram, introduisant des changements supplémentaires et forcément des goulots d'étranglement sur certaines stations. Dans l’opération, certains ont gagné, d'autres perdu, les derniers étant ceux qui râles le plus fort, forcément. Il y a des ajustements en restaurant certaines lignes qui avaient été supprimées ou modifiées un peu trop vite.

Je m'interroge tout de même sur l'absence d'alternative au tram. Pour paralyser la totalité des utilisateurs des transports en commun de Nice, il suffit de bloquer le tram et tout le système s'effondre. Une manifestation, un accident, un sabotage, une grève et plus personne ne peut se rendre à son boulot ou son école.

Élections municipales obligent, les anciennes lignes de bus ont déjà été transformées en jardinière, avant même que le nouveau réseau de transport en commun soit complètement stabilisé.

Redondance

En fait, il me semble que les principaux enseignements de ces 2 anecdotes sont la gestion de la redondance et de la surcapacité. Pour qu'une installation soit fiable, elle doit être surdimensionnée pour proposer des redondances et des alternatives afin d'éviter les effets d'engorgement en cas d'altération d'une partie du système.

Par exemple, le site de pôle-emplois aurait du conserver les 2 systèmes d'authentification en parallèle beaucoup plus longtemps. Cela a un coût certain en terme d'infrastructure mais surtout au niveau du code qui doit accepter plusieurs version en même temps.

Pour le réseau de transport niçois, je me demande, si cela avait été possible, s'il n'aurait pas été intéressant de laisser cohabiter les anciens et nouveau système quelque temps, afin d'identifier les chemins préférentiels qu'empruntent les habitants. Je sais que c'est un peu utopique, mais c'est un moyen de proposer, par l'usage, aux utilisateurs de voter pour la meilleur solution de transport.

Dans les 2 cas c'est le coût qui empêche la mise en place de système en parallèle et redondants. Mais si on se place du point de vue des utilisateurs, quel est le coût ?

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 2 août 2019

Mes derniers tweets et retweets

Blog tjs un peu en sommeil, mais une certaine activité sur twitter où j’essaie désespérément de trouver des tweets qui présentent un intérêt. Les tweets sont classées par ordre antéchronologiques. Si vous voulez aller sur le tweet, cliquez sur le lien ''Twitt'.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 1 août 2019

Démarer une liseuse Kobo sans wifi ni compte kobo

Quand on achète une liseuse kindle qui est produite par Amazon on sait que cet appareil est conçu par design pour ne fonctionner qu'avec le format de livre propriétaire d'Amazon. C'est donc un appareil qui ne devrait même pas être vendu, mais donné, afin que les gens puissent utiliser la plateforme fermée d'Amazon. Admettons, c'est une belle arnaque, mais je n'en achèterais pas, de toute façon je suis allergique à Amazon.

Donc quand j'ai cherché une liseuse pour ma fille, j'ai bien évidement écarté tout ce qui pouvait être lié à Amazon, et dans les affaires trouvées sur le net, je tombe sur une liseuse Kobo, certes promue par la Fnac, mais réputée être "ouverte". Nous allons voir qu'il n'en est rien.

  1. Je sort la liseuse de sa boite, la démarre et là j'ai une obligation de la connecter soit en wifi, soit à mon ordinateur avant de pouvoir m'en servir. Ça commence mal.
  2. Via l'ordinateur, on oublie, puisqu'en fait il faut mettre à jour la tablette avec une application qui n'existe que sous windows ou mac. Comme j'utilise mes ordinateurs sous Linux, impossible donc ne serait-ce que d'initialiser la tablette avec mon ordinateur.
  3. Qu'à ne cela tienne, je me lance dans la procédure par wifi. Hélas, je découvre sur un forum, que la mise à jour par wifi n'est possible que si l'on dispose déjà d'un compte. Au delà du caractère un peu excessif de la chose, c'est ridicule, puisque même si j'avais un compte, la procédure d'initialisation ne m'a jamais proposée de le saisir.

J'ai donc une tablette Kobo touch toute neuve sortie de sa boite mais inutilisable. Je commence à m'énerver. Je ne peux donc pas utiliser une procédure standard pour utiliser ma tablette, il va donc me falloir la hacker. Super ! Heureusement que ma fille n'est pas derrière ma chaise à attendre de pouvoir s'en servir.

Voici la procédure pour pouvoir utiliser une liseuse kobo, sans avoir à se connecter en wifi, sans avoir à créer de compte chez kobo ou la fnac, et quand on n'a pas d'ordinateur sous windows:

1) La source de l'astuce: https://doc.ubuntu-fr.org/kobo_by_f... (passez directement au chapitre 2).

2) Le principe: lorsque la tablette sort d'usine, elle est initialisée avec un utilisateur particulier qui ne permet pas à la liseuse de démarrer. L'astuce consiste à remplacer cet utilisateur par n'importe quel autre utilisateur qui sera vu comme étant valide par la liseuse.

3) Sqlite: sous ubuntu, on installe sqlite3 pour pouvoir se connecter à la base de données de la liseuse

sudo apt-get install sqlite3

4) On branche la liseuse à l'ordi, on repère le chemin (bouton droit propriétés). Chez moi c'est /media/cedric/KOBOeReader/ (remplacer cedric par votre nom d'utilisateur)

cd /media/cedric/KOBOeReader/.kobo

5) On lance sqlite sur la base de la liseuse

sqlite3 KoboReader.sqlite

6) Au prompt de sqlite, j'ai inséré l'utilisateur suivant:

sqlite> INSERT INTO "user" VALUES('Linux User','Linux User',NULL,NULL,NULL,NULL,'false','false','false',NULL,NULL,NULL,NULL);

7) Je vérifie qu'il est bien ajouté à l'utilisateur initial que je peux maintenant supprimer

sqlite> select * from user;
dec75cef-493f-4da1-af8d-d7a7183fa3e5|0a0e4b93-68fd-455a-b716-039e7c973dce|demobundle06_13@kobo.com|demobundle06_13@kobo.com|||false|true|false||||
Linux User|Linux User|||||false|false|false||||
sqlite> delete from user wher UserID="dec75cef-493f-4da1-af8d-d7a7183fa3e5";

8) On quitte sqlite et on redémarre la liseuse

sqlite> .exit

Ohhhhh miracle, la liseuse démarre et fonctionne sans aucun problème avec le logiciel Calibre qui gère ma bibliothèque de livres numériques.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 14 juillet 2019

La radicalisation touche même les gens biens

Il y a quelques jours, j'ai découvert un intéressant fil sur twitter concernant un reportage de l'émission Cash Investigation, « Produits chimiques, nos enfants en danger » diffusé sur France 2 le mardi 2 février 2016.

Je lis le fil et découvre une réaction un peu stupide d'une personne que j'apprécie par ailleurs, Christophe Grébert. Ci-dessous sa réaction et mon commentaire

Extrait du fil twitter

Et voici la suite. Aujourd'hui pour le lire je suis obligé d'utiliser un autre compte, juste parce que je lui ai fait un commentaire...

J'ai côtoyé @grebert il y a 14 ans, à l'époque des blogs et au sein d'un mouvement politique avec lequel il a eut longtemps des affinités, et je le lis et échange avec lui depuis cette époque. Il m'a bloqué aujourd'hui car je lui ai fait remarqué qu'il disait une connerie.

Quand je vous disais que les réseaux sociaux conduisent à une radicalisation de tout le monde, en voilà une triste illustration.

Lire la suite des commentaires de l'échange qui a conduit à ce blocage est triste, car rapidement, ce n'est plus une critique de l'erreur faite (tout le monde fait des boulettes), mais une critique de la personne et par extension de son action puis de son engagement militant

Les tweetos sont violents, gratuitement. Toutes les personnes publiques se font agresser un jour ou l'autre sur les réseaux sociaux. Leurs réponses deviennent elles aussi de plus en plus violentes, de plus en plus radicalisées.

Quand je dis que les gens se radicalisent, je veux dire qu'ils s'enferment dans leurs certitudes pour se protéger. Ils éteignent leur capacité à la tolérance et au dialogue, lassés par les agressions et les éructations qui remplacent la courtoisie.

Sincèrement, le déferlement de violence dans les commentaires me désespère. En quelques années, le web est devenu un dépotoire. Il faut déambuler au milieu de tonnes d’immondices pour trouver de temps en temps une jolie fleur, un sujet traité avec élégance qui interpelle les neurones et donne le sentiment d'être moins bête ou plus heureux après l'avoir lu.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 11 juillet 2019

Live tweet du conseil municipal de St Laurent du Var du 11/07/2019

Un conseil très tranquille ce soir, puisque ceux qui causent fort de l'opposition étaient absents (Moschetti et Orsatti). Pas non plus de réactions à mes tweet puisque Berretoni n'était pas là ce soir. C'est Hébert qui a fait la pédagogue aujourd'hui.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 27 mai 2019

Mes derniers tweets et retweets

Mes derniers tweets depuis 1 mois, notamment durant cette triste campagne européenne où les sujets de fonds ont si souvent été éclipsés par des niaiseries. J'ai essayé, un peu, de rester sur des sujets intéressants.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 26 mai 2019

Résultats des élections européennes 2019 à St Laurent du Var

Taux de participation: 51,21%

Les résultats des premiers :

  • RN: 34,80%
  • LREM, MoDem: 18,68%
  • Verts: 10,10%
  • LR: 9,80%
  • LFI: 4,17%
  • PS: 4,08%
  • DLF: 4,06%
  • Parti animaliste: 2,82%
  • UDI: 1,66%
  • ...

Source complète: https://election-europeenne.lintern...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 9 mai 2019

Docteur, j'ai mal à mon Europe. Dites 33...

Il y a donc 33 listes qui se présentent aux élections européenne de 2019.

La démocratie a (pris) un coût

Une liste qui voudrait faire le service minimum, en fournissant les bulletins de vote, les professions de fois et les affiches a un budget qui dépasse les 300 000€, et de loin. On en déduit donc que l'essentiel de ces listes n'auront pas le matériel électoral minimum et demanderont à leur potentiels électeurs d'utiliser leur imprimante pour imprimer à minima le bulletin de vote. Je souhaite du bonheur aux assesseurs qui vont procéder au dépouillement pour vérifier la validité des bulletins de vote ainsi imprimés par les électeurs.

Qu'est-ce que c'est que cette inflation démentielle ?

Au delà du problème technique lors du dépouillement, il y a un truc qui m'interpelle. Pourquoi autant de listes ? Mon hypothèse, c'est qu'une partie de ces listes sont téléguidées par les extrêmes pour tuer le débat. En effet, comment voulez-vous que les média accordent de l'équité de traitement à une telle pléthore de listes ? Pour ne pas enfreindre la loi électorale, je m'attend à ce que les média, dans leur grande majorité, fassent le service minimum, voir s'autocensurent, passant la campagne sous silence, ou du moins les sujets importants, ou du moins ne se permettent plus des débats.

Macron-bashing

Certaines listes ont déjà commencé à utiliser le canal de communication institutionnel que leur donne la campagne officielle pour s'en prendre grossièrement et outrancièrement au président de la république. En multipliant le nombre de listes fantaisistes, c'est autant de canaux de communication pour dézinguer le gouvernement et le président, et par ricochet la liste de LREM, sans que les listes officielles du RN ou LFI ne se mouillent.

Financement

Il sera intéressant de voir combien de listes sur ces 33 sont capables d'obtenir un financement et surtout par qui, en ayant à l'esprit qu'il faut faire plus de 3% pour obtenir le remboursement des frais de campagne et plus de 5% pour obtenir au moins 1 siège.

Multiplier les listes permet de multiplier les moyens de pilonner la LREM et le gouvernement, tout en l'empêchant de répondre.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 30 avril 2019

Facebook a inventé un outil qui a déjà commencé à détruire les démocraties

Quand je parle du danger des réseaux sociaux, j'ai du mal à argumenter car pour expliquer les fonctionnements de ces derniers, on fait souvent référence à des notions qui ne sont pas accessibles à monsieur et madame tout le monde. Rapidement je me retrouve à faire un cours magistral et on m'écoute poliment, avec mon vocabulaire de geek, en me donnant le bénéfice du doute, car je ne suis normalement pas connu pour être barge ou parano. Mais j'ai l'impression de ne pas être compris.

Et puis je suis tombé sur le récit de Carole Cadwalladr. C'est limpide, c'est flippant, c'est terrifiant même quand on est un démocrate. Le voici avec la possibilité d'activer les sous-titre (en anglais seulement pour le moment). Je vais tacher de vous en faire une traduction approximative de l'essentiel, car le sujet est très loin d'être anecdotique ou réservé aux geeks. Tous les citoyens doivent en prendre conscience.

Juste après le le vote du Brexit, Carole Cadwalladr s'est rendu dans sa ville natale Ebbw Vale qui est une ville qui a été sinistrée par la fermeture des mines et de l'industrie de l'acier. Elle voulait savoir pourquoi cette région avait voté à 62% pour quitter l'Union Européenne alors que de partout on trouve de massifs investissements de l'UE pour des collèges, des infrastructures sportives ou les routes.

Des gens lui ont dit qu'ils avaient voté pour le "leave" car l'UE ne faisait rien pour eux, qu'ils voulaient reprendre le contrôle et qu'il n'en pouvaient plus de l'immigration et des réfugiés (dans la région la moins touchée par l’immigration de Grande Bretagne). D'où ces gens tenaient-ils ces slogans de la presse de droite qu'ils répétaient, dans une ville ouvrière de gauche ?

Une lectrice lui indiqua qu'elle avait vu tous "ces trucs effrayants" au sujet d’immigrants turcs sur Facebook durant la campagne. Comme il n'y a aucune archive des publicités que diffuse Facebook, il est impossible de savoir ce qui a été montré et à qui. Impossible de savoir l'effet ni même de savoir qui a financé ces publicités et pour quel montant. Le référendum a été influencé dans la plus grande opacité. Le parlement anglais à demandé à Facebook ces données qu'il possède, mais il a toujours refusé car il y a de nombreuse infractions qui ont été commises via Facebook. En effet, les règles électorales limitent le montant des dépenses. Cette élection s'est presque exclusivement faite sur internet et cette règle n'est plus respectée à cause des boites noires que sont Facebook, Google ou Youtube. On ne connaît pas l’étendue, mais on sait que les derniers jours du vote, près de 750 000 livres ont été dépensés illégalement par le camp du "leave", vraisemblablement pour diffuser des publicités mensongères sur la Turquie rejoignant l'UE. Ces publicités n'ont pas été vu par la majorité, car le camps du "Leave" a ciblé des électeurs qui pouvaient être convaincus. C'est la plus grosse fraude électorale qui ait eu lieu en GB depuis 100 ans. Si on les découvre aujourd'hui, c'est parce que le parlement britannique a forcé Facebook à les lui fournir.

regardez dans la vidéo les exemples de publicités mensongères qui ont été diffusées durant la campagne

Il y a une autre infraction à la loi avec ce groupe d'homme autour de Donald Trump et Nigel Farage, en cours d'investigation car Aron Bank a financé la campagne du "Leave" mais impossible de savoir d'où provient son argent ni même s'il est britannique. Le brexit était l'expérimentation (la boite de pétri) utilisé pour l'élection de Donald Trump. Ce sont les mêmes personnes, les même entreprises, les même données, les mêmes techniques, le même usage de la peur et de la haine.

La haine et la peur sont diffusées dans le monde entier (en France, au Brésil, en Birmanie, en Nouvelle Zélande...) via des plateforme technologiques dont on ne voit qu'une toute petite fraction de l'activité. Carole Cadwalladr a découvert ces réseaux sous-terrain en investiguant sur les relations entre Trump et Farage au travers de la société Cambridge Analytica. Un ex-employé lui a expliqué comment cette entreprise qui travaillait pour Trump et le Brexit, constituait des profils politiques des gens pour identifier leurs peurs et mieux les cibler sur Facebook via des publicités. Ceci a été fait en collectant illégalement les profils de 87 million de d'internautes via Facebook. Cette investigation a pris près d'un an, sous la menace permanente du propriétaire de cette entreprise, le milliardaire Robert Mercer, qui est aussi un des financeur de la campagne de Trump. Au moment de publier l'enquête, en plus de Cambridge Analytica, Facebook a également menacer de poursuivre en justice si elle sortait. Mais elle a été publiée.

Carole Cadwalladr interpelle les dirigeants ou fondateurs de Facebook (Mark Zuckerberg), Google/Youtube (Larry Page, Sergey Brin), Twitter (Jack Dorsey) ainsi que leurs salariés et investisseurs. Il y a 100 ans, on utilisait un canari dans les mines pour détecter le monoxyde de carbone, gaz toxique mais inodore. Aujourd'hui, la Grande Bretagne (et le brexit) sont le canari de cette énorme expérimentation technologique que nous sommes en train de vivre. La grande Bretagne subit ce qui arrive à une démocratie occidentale lorsque des siècles de lois électorales sont mises à mal par la technologie. Notre démocratie est cassée, les lois électorales ne sont plus adaptées comme le rapporte un rapport du parlement.

Ces technologies extraordinaires sont une scène de crime dont leur créateurs ont les preuves. Inutile qu'ils disent qu'ils feront mieux dans le future. Si l'on veut avoir le moindre espoir que cela se reproduise, il est nécessaire de connaître la vérité. Si vous pensez que ce ne sont que quelques publicités et que les gens sont assez intelligents, n'en croyez rien car le vote du Brexit montre que nos démocraties sont cassées, car ce n'est pas de la démocratie de diffuser des mensonges dans l'ombre, payé par de l'argent dont on ne connaît pas la source. C'est de la subversion et Facebook, Google, Twitter... en sont les accessoires.

Le parlement de GB a été le premier à essayer de leur demander des compte et a échoué, car ils sont au delà des lois GB et de 9 parlements devant lesquels Mark Zuckerberg a refusé de se présenter et de répondre. La question est beaucoup plus importante que le brexit, l'élection de Trump, la victoire de la gauche ou la droite. Est-on encore capable d'avoir une élection sincère ? En l'état non.

Carole Cadwalladr demande à ces dirigeants si c'est ça qu'il veulent que l'histoire retienne d'eux : les assistants de la propagation de l'autoritarisme tout autour du monde ? Car la même technologie qui connecte les gens est en train de les éparpiller. La question posée à tous, est-ce que nous voulons les laisser faire pendant que nous jouons avec nos téléphone alors que les ténèbres nous recouvrent ?

Cette histoire est un combat pour les droits, et ce n'est pas un exercice, c'est un moment crucial. La démocratie n'est pas garantie et ce n'est pas inévitable. Nous devons nous battre et gagner. Nous ne pouvons pas laisser ces entreprises technologiques avoir ce pouvoir sans contrôle. C'est à nous de reprendre le contrôle.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 23 avril 2019

Mes derniers tweets et retweets

Quelques jours de vacances et je me laisse à nouveau tenté par Twitter. C'est une vraie drogue ce truc !

Au milieu de la radicalisation de chacun et du flot constant des messages à la mode ou de ceux des militants, c'est un peu difficile de faire émerger de l'information intéressante. J’essaie et trouve toujours en cherchant quelques messages passionnants.

Comme chaque fois, les messages sont classés par ordre antéchronologique. Pour aller sur le message d'origine, il suffit de cliquer sur le lien "Twitt" sur la gauche.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 9 avril 2019

La prophétie autoréalisatrice et les fakenews

Voici une compilation de tweet de @CorentinSellin sur les fakenews. Je n'ai fait que les remettre en forme.

Le génial R.Merton, dans son article de 1948 Self-Fulfilling Prophecy traduit par Mendras: "La prophétie autoréalisatrice est 1 définition d'abord fausse d'1 situation mais cette définition erronée suscite 1 nouveau comportement qui la rend vraie."#fakenews #récit #politique RT+

2) L'instrumentalisation de la #fakenews par D. #Trump ou d'autres dirigeants a précisément pour but de mobiliser les masses en confortant leurs croyances pour que la puissance de cette mobilisation,devenue 1 fait politique, justifie ensuite leur action.#prophétieautoréalisatrice

3) L'importance de la #fakenews comme outil politique pour #Trump ou 1 autre est qu'elle légitime ma croyance au rang de fait tout en le rendant beaucoup plus puissant dans le débat politique car justement chargé de la force univoque de ma croyance…

4)… d'où 2 conditions essentielles pour les producteurs politiques de #fakenews tel #Trump: d'1 part brouiller jusqu'à l'effacement la distinction entre fait et opinion. . D'autre part, délégitimer jusqu'à la destruction les producteurs et rapporteurs de faits, science et presse

5) Ce "surcroît"de mobilisation politique obtenu par la #fakenews grâce à la légitimation induite de la croyance, similaire à la puissance du mécanisme de prophétie autoréalisatrice- c'est 1 fait parce que je veux croire que c'en est un, explique l'attachement viscéral à 1 #Trump

#Postscriptum Lisez cet article prodigieux de @GuillaumeDaudin sur 1 producteur revendiqué de #fakenews pour sa communauté politique et cette phrase: "Vous dites que c'est faux, on dit que c'est vrai, chacun défend son truc." CQFD. #opinion #faits RT+

#Postscriptum (II) Dans la logique "protagorienne" de #Trump et des producteurs de #fakenews, le débat #politique ne se fonde plus des faits objectifs- chacun dispose des siens conformes à ses opinions- MAIS sur des récits concurrents du réel, où le plus mobilisateur l'emporte...

#Postscriptum (III) Bref, et c'est d'un chic, je vous jure

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 21 mars 2019

Quelques offres d'emplois

Pour ceux qui n'auraient pas compris avec un de mes précédent billet, je suis en recherche d'un nouvel emplois. Donc même si j'ai un peu du mal avec l'idée de donner autant d'information sur moi à Microsoft, propriétaire de LinkedIn, il m'a bien fallu créer un profil, qu'accessoirement vous pouvez consulter [1]

Ceci fait, je reçois donc des offres d'emplois correspondantes à mon profil. Et là, ça pique les yeux:

  • Software Engineer
  • Full Stack Developer
  • Scrum Master
  • Front-End Developer H/F
  • Développeur web front-end
  • Cloud - Site Reliability Engineer
  • Software Quality Engineer
  • Advanced Analytics Engineer
  • Full-Stack Developer
  • Associate Software Engineer
  • Java Agent Engineer

J'ai juste enlevé les doublons et certains détails, mais voici la liste réelle des intitulés des offres d'emploi. Il n'y en a qu'une qui utilise un mot de français, et je ne vous parle pas du texte de chacune de ces annonce.

Alors certes, je bosse dans un domaine technologique dominé par les américains, donc leur vocable est omniprésent, mais à part pour lire la doc, la plus part de ces emplois ne demandent pas un niveau d'anglais plus que scolaire, et sont localisés dans le 06. Ce serait tellement difficile d'utiliser les mots Ingénieur, Développeur, Logiciel, Senior ou expérimenté. Ce snobisme de l'anglicisation pour tout et n'importe quoi est fatigant.

Donc je ne suis pas un Advanced Web Software Engineer, mais un Ingénieur expérimenté en informatique spécialité Sciences, Technologies, Ressources et Applications du Web, ce qui est l'intitulé de mon diplôme, et cela ne m'empêche pas de parler et d'écrire anglais, mais seulement quand c'est nécessaire.

Note

[1] Ben il faut bien en faire la promo pour les moteurs de recherche, donc quelques liens entrant devraient aider.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 20 février 2019

Mise à jour de mon CV professionnel

Après 12 années dans la même entreprise, j'ai décidé de remettre mon CV à jour pour aller voir un peu ailleurs ce qui pourrait me faire envie et sortir de ma zone de confort.

Mon CV qui était disponible en ligne datait de 2006, donc il était grand temps de faire un petit rafraîchissement. Voici la nouvelle version, toute fraîche sortie de mon clavier:

http://cv.cedric-augustin.eu/

N'hésitez pas à m'envoyer par email vos commentaires !

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 15 février 2019

Grand Débat: une contribution sur la démocratie

Le système électoral actuel conduit à favoriser le vainqueur lorsque l'on vote blanc ou que l'on s'abstient. En 2007 j'écrivais déjà sur le vote blanc que je soutiens et qui, s'il est comptabilisé dans le décompte des suffrages exprimés, a pour conséquence de réduire le pourcentage du vainqueur (en fait de tout le monde), ce qui permet d'être un vrai vote de rejet de l'offre politique.

Autre intérêt du vote blanc, en réduisant les écarts entre les listes candidates, dans un scrutin de liste cela conduirait à changer les rapports de nombres de sièges obtenus entre les listes, sans cependant remettre en cause le vainqueur.

Ma proposition est donc la suivante:

  • Reconnaissance du vote blanc comme suffrage exprimé dans tous les scrutins de liste.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 14 février 2019

Grand Débat: une contribution sur l'emploi

Il y a quelques temps j'ai écris sur la valeur travail et changer les équilibres du droit du travail. De ces réflexions je tire une contribution pour le grand débat, même si ce sujet n'est pas forcément celui placé au cœur du grand débat.

Ce qui pourri la vie d'un salarié c'est la précarité, qui ne permet pas de se loger ou de souscrire un crédit. Cette précarité doit être financièrement assumée par l'employeur et non le salarié qui assume ces moments de sa vie professionnelle et qui sont subis pour la très grande majorité, au seul bénéfice de l'employeur.

Je formule les propositions suivantes:

  • Un contrat de travail unique, le CDI avec une période de précarité négociée à l'embauche qui peut aller de quelques jours à une année voir même plus.
  • Cette période de précarité doit être financièrement assumée par l'employeur qui devrait payer beaucoup plus chère le salarié précaire, de l'ordre de 30% minimum.
  • L'employeur peut mettre un terme quand il veut à cette période de précarité pour faire des économies.
  • Pour les saisonniers, si l'emploi est reconduit tous les ans, il n'est pas considéré comme précaire (prévoir une sorte de cagnotte de garantie pour éviter les détournements).

La concurrence entre entreprise pourrait alors porter aussi sur les conditions de recrutement, qui auraient un impact sur leur rentabilité et leur tarifs.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 8 février 2019

Grand Débat: une contribution sur l'enseignement

Avant de vous présenter ma proposition, je voudrais la mettre en peu en contexte. Il y a 3 ans, mon fils a émis le souhait de partir au Royaume Unis ou en Irlande, les murs de sa chambre lui semblant trop étroits (il a changé d'avis depuis d'un point de vue géométrique). Il est donc partis par le biais d'une association, faire une année scolaire à Portsmouth, hébergé dans une famille d'accueil.

Tous les parents peuvent imaginer le bienfait que cela peut apporter à un ado d'aller voir ailleurs comment ça fonctionne, tant familialement que scolairement, mais là n'est pas mon propos. A son retour, nous avons découvert toute la complexité administrative pour le réinscrire dans son lycée car il avait été sortit des effectifs. Lors du remplissage de son cheminement scolaire dans Parcourt-Sup, bien sûr ce n'était pas franchement prévu: son année scolaire en Angleterre ne comptait pas et il il était considéré comme redoublant de sa 1ère. Autant vous dire que même avec un excellent résultat au bac, sont dossier n'a même pas été mis en liste d'attente dans les formations sélectives qu'il avait choisi.

Parallèlement, pendant que mon fils est parti, nous avons reçu chez nous une jeune allemande de l'age de ma fille durant 3 mois qui est allé au collège avec elle. Contrairement à mon fils, elle a repris sa scolarité normalement à son retour en Allemagne, avec l'aide de ses enseignants pour lui permettre de rattraper quelques matières clés. Nous avons également reçu une lycéenne Brésilienne qui a validé son année scolaire à son retour au Brésil après 9 mois en France, a passé son bac là bas et poursuit aujourd'hui ses études universitaire à Paris. Cette année, nous recevons une lycéenne allemande, qui reste avec nous toute l'année et qui au regard de ses résultats scolaires ici en France est déjà assurée de ne pas avoir à refaire son année en Allemagne.

Ma proposition est la suivante:

  • Mettre en place un système d’équivalence pour toutes les classes de la 4ème à la terminale entre pays Européens, afin de favoriser les expériences avec nos voisins.
  • Cette équivalence doit être automatique et sans conséquence scolaire pour tous les séjours de moins d'un semestre.
  • Mettre en place, soit au sein des établissements, soit via le CNED, des modules de remise à niveau pour tenir compte des légères différences d'enseignement dispensées aux élèves.
  • Pour les séjours de plus d'un semestre, mettre en place un accompagnement par un enseignant de l'établissement d'origine, qui propose les modules de mise à niveau et qui valide l'année scolaire à l'étranger.

Les coûts sont insignifiants pour l'éducation nationale car de telle mécanismes existent quasiment déjà. Le coût pour la famille est d'environ 300€/mois qui pourrait facilement être sponsorisé pour les familles à faibles revenus par des associations, entreprises ou collectivités en échanges de quelques faveurs fiscales ou budgétaires. Ce coût peut même être revu à la baisse en cas d'échange, les familles recevant un jeune lorsque le sien est parti.

Je voudrais que les français arrêtent d'avoir peur des autres. On défend d'autant mieux sa culture et son identité que quand on est allé voir celle des autres et que l'on a appris à être tolérant en étant un peu l'autre.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 31 janvier 2019

Mes derniers tweets et retweets

Ma production de tweet est en baisse. Comme indiqué dans mon précédent billet, je me détourne de Twitter que pourtant j'adore, car l'information pertinante devient de plus en plus difficile à trouver dans le flot de cagades.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 26 janvier 2019

J'ai le blues

Il y a quelques années, j'avais écrit un billet sur le blues du militant. Quand je le relis aujourd'hui, que cela semble insignifiant en regard de ce que je ressent aujourd'hui en tant que citoyen engagé.

En allant dépenser quelques sous à la kermesse du Téléthon de St Laurent du Var, je me disais que les gens sont toujours aimables et généreux. Et pourtant, et pourtant, quant je parcours Twitter ou Facebook, j'y lis une violence verbale hallucinante. Sur les réseaux sociaux, tous les filtres de la bienséance ont sauté ou presque.

Mêmes les personnes raisonnables et intéressantes, supposées savoir s'exprimer avec retenue sont tellement agressés par des hordes de troll, qu'ils en deviennent eux même exaspérés, et répondent ou s'expriment brutalement.

Les militants LREM, initialement biberonnés à la bienveillance dans le discours d'Emmanuel Macron, se radicalisent aussi. Tout le monde se radicalise. Chacun se cloisonne dans ses certitudes, agresse "l'autre" celui qui les remet en cause. Ce comportement de rejet de l'autre qui a toujours été présent chez les extrémistes, se propage à toute la société que l'on croise sur les réseaux sociaux.

En quelques mois, Twitter est devenue une poubelle émotionnelle. La réflexion et la raison sont noyés sous un torrent d'éructations et de conflits sans fin. Il faut chercher de plus en plus longtemps pour trouver des messages intéressants et surtout qui ne soient pas déprimants.

J'ai arrêté Facebook il y a quelques années pour ces raisons. Je suis en train de m'éloigner de Twitter de peur d'être contaminé par toute cette noirceur qui masque toute la richesse de ce réseau social. Peut être faut-il, comme certains, que je crée un nouveau compte, pour filtrer plus sévèrement les auteurs ? Je ne pense pas que cela suffise, je suis très pessimiste...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

- page 1 de 88